actu-lambda.fr

L’info LGBT vue d’ailleurs

embed
<iframe height="200" width="500" frameborder=0 scrolling=no src="https://actu-lambda.fr/spip.php?page=snip&id_article=59"></iframe>

L’envol des faucons arc-en-ciel : comment les conservateurs et les activistes LGBT canadiens ont fait cause commune

jeudi 29 août 2013admin

Si les réactions sont nombreuses ces dernières semaines dans le monde occidental contre les lois russes interdisant la “propagande de relations sexuelles non traditionnelles”, peu de voix se sont fait entendre aussi fortement que celle du gouvernement de Stephen Harper, qui a fait des droits des homosexuels un point central de sa politique étrangère.

La posture des conservateurs contre les gouvernements homophobes permet de voir le chemin parcouru en quelques décennies, puisqu’il y a peu de temps encore, ils s’opposaient à toute avancée sur les droits des homosexuels.

Deux thèses s’affrontent sur le revirement de S. Harper. Certains n’y voient qu’une froide posture électoraliste, l’opinion canadienne étant maintenant largement en faveur des droits des homosexuels. Mais il semblerait pourtant qu’un subtil mélange soit à l’œuvre depuis longtemps pour l’expliquer.

D’abord, certains homosexuels conservateurs - stratèges, avocats, … - ont eu la volonté de ne pas laisser parler en leur nom les seuls activistes de gauche. Ensuite la visibilité de plus en plus forte des homosexuels, à partir des années 1990, a aidé à dédramatiser l’enjeu.

Les années post-septembre 2001 ont achevé de convaincre les conservateurs. Ils ont pris conscience qu’au-delà de la guerre contre le terrorisme, il s’agissait d’un combat pour les valeurs occidentales, qui incluent non seulement les droits des femmes mais également ceux des homosexuels.

Certains dénoncent du “gay-washing”, comme ces partisans fervents d’Israël qui n’hésitent pas à mettre en avant l’oasis que représente l’état hébreu, pour les homosexuels, dans la région pour attirer des soutiens auprès des conservateurs.

Mais il faut bien reconnaître que la politique du gouvernement a eu des effets concrets, par exemple lorsqu’il a pris une position ferme en 2009 contre l’homophobie d’état du régime iranien et mis en place des procédures d’immigration d’urgence spéciales pour les homosexuels iraniens, s’assurant par effet de ricochet d’une population immigrée plus tolérante, laïque, et moins ouverte à l’extrémisme.

Après l’Iran, le Canada a pris une position semblable avec l’Ouganda en 2010 et a déclaré la semaine dernière qu’il étudierait favorablement les demandes d’asile d’homosexuels russes, au nom d’un absolu de justice moral : Nous croyons que ce qui est juste est juste. Et ce qui est mal est mal

A lire sur [NationalPost (Canada, anglais)]

Portfolio