actu-lambda.fr

L’info LGBT vue d’ailleurs

embed
<iframe height="200" width="500" frameborder=0 scrolling=no src="https://actu-lambda.fr/spip.php?page=snip&id_article=69"></iframe>

La loi russe isole les adolescents gays

lundi 2 septembre 2013admin

Maxim Moiseyev est un moscovite de 16 ans, qui s’identifie comme homosexuel depuis quatre ans, après avoir trouvé sur internet la définition de ce qu’il était,

un garçon qui aime les garçons

. Il le sait depuis l’âge de dix ans, mais ne l’assume ouvertement que depuis la mort de sa mère il y a trois ans.

Mais maintenant, cela ne serait plus aussi simple pour lui, voire dangereux, avec la loi qui interdit d’expliquer aux mineurs que les relations

traditionnelles

et

non traditionnelles

sont socialement équivalentes.

L’homosexualité est une perversion sexuelle qui n’est pas naturelle et va à l’encontre de la nature humaine

selon la députée Tatiana Yakovleva, du parti au pouvoir Russie Unie.

Mais cette loi censée protéger les adolescents, paradoxalement, ne s’est jamais préoccupée de la situation des jeunes LGBT qui n’ont plus aujourd’hui aucun moyen d’obtenir des informations sur leur orientation sexuelle.

C’est ainsi qu’est né, sur Facebook et son équivalent russe Vkontakte, le mouvement Deti-404, “deti” pour enfants et “404” en référence aux pages non trouvées sur internet. L’objectif est de donner aux adolescents un espace pour qu’ils puissent partager leur histoire.

Ils ont une vie très difficile

raconte Lena Klimova, journaliste internet de 25 ans de Ekaterinbourg, créatrice du collectif.

Ils ont peur d’aller voire le psychologue de leur école, parce que s’ils le font, celui-ci préviendra leurs parents, ce qui génère des disputes et brouilles en famille. Certains parents interdisent à leur enfant d’en parler. Ils leur retirent leur téléphone portable, et leur ordonnent de ne plus voir leur petit(e) ami(e). Ils les menacent de les envoyer à l’hôpital psychiatrique, et d’ailleurs, certains le font, parfois

.

Deti-404 réussi à rompre l’isolement des jeunes LGBT. Mais ils sont impuissants face à l’attitude des familles, qui prendra des années à être modifiée.

L’homosexualité est dépénalisée depuis 1993 en Russie, mais les mentalités ont peu évolué depuis l’époque soviétique, où les gays et lesbiennes pouvaient être envoyés en prisons ou obligés de suivre un traitement médical en vue de les soigner.

Source : [WashingtonPost (Etats Unis, anglais)]